Accueil > Actualités > Appel à la solidarité avec notre camarade Diawoye, menacé d’expulsion (...)


Appel à la solidarité avec notre camarade Diawoye, menacé d’expulsion !

CNT Solidarité Ouvrière /6 mars 2019

Le 25 janvier 2019, M. SIBY Diawoye, militant syndical CNT-SO, a fait l’objet d’un banal contrôle d’identité dans la rue. Suite à un passage au commissariat pour vérifier son identité, la Préfecture de Paris a décidé de prendre une obligation de quitter le territoire à son encontre. Avant-hier (3 mars) M SIBY a été emmené pour la 1ère fois à l’aéroport. Il a refusé d’embarquer et a été ramené au CRA de Vincennes ; Mais la 2ème fois va arriver très vite, peut-être aujourd’hui même et cette fois ce sera un embarquement de force et donc violent. Nous demandons à la Préfecture de le libérer.

La mobilisation paie, n’hésitez pas à faxer et mailler aux adresses ci-dessous ! Vous pouvez également appeler la Préfecture et/ou la police aux frontières du centre de rétention de Vincennes pour leur dire ce que vous en pensez... En des termes, évidemment, toujours courtois.

modèle de lettre ci-dessous

Modèle de lettre à envoyer de toute urgence à

- préfecture de Police de Paris :

pp-dpg-sdae-secretariat@interieur.gouv.fr

et ses collaborateurs :

yann.gerard@paris.gouv.fr

francois.ravier@paris.gouv.fr

bruno.andre@paris.gouv.fr

jerome.normand@paris.gouv.fr

Monsieur le Préfet

Nous attirons votre attention sur la situation de Monsieur SIBY Diawoye, de nationalité malienne, en rétention au Centre de Rétention Administrative de Vincennes, bâtiment 1, depuis le 25 janvier 2019, sur le fondement d’une OQTF que vous avez prise à son encontre le jour même, à l’occasion d’un banal contrôle d’identité opéré dans la rue.

M SIBY est entré en France il y a 4 ans, et y réside habituellement depuis.

M SIBY a l’intégralité de sa famille en France et travaille dans le secteur du nettoyage. Il n’a jamais troublé l’ordre public et participe à l’entretien de sa famille, dont il est le seul membre à n’avoir pas encore la carte de séjour ou la nationalité française.

M. SIBY est en France depuis 4 ans, à quelques mois près et s’il avait eu le temps d’obtenir les documents CERFA de son employeur, il aurait pu demander sa régularisation au titre du travail et il ne devrait pas être en centre de rétention, encore moins être expulsé !

Or une première tentative a eu lieu il y a deux jours : M SIBY a refusé d’embarquer.

Nous vous demandons de sursoir à une nouvelle tentative d’embarquement.

M. SIBY a à présent le centre de sa vie privée sur notre territoire. Il n’a à présent comme soutien que ses amis et collègues français ou étrangers en situation régulière, ainsi que son syndicat, qui vous ont interpellé.

Pour toutes ces raisons, M. le Préfet, je sollicite votre bienveillance et vous demande de bien vouloir revenir sur votre décision et permettre à M. SIBY de rester sur le territoire français.

C’est pourquoi nous vous demandons instamment :
d’annuler la prochaine tentative d’expulsion ;
de libérer immédiatement M. Diawoye SIBY ;
de lui accorder un titre de séjour dans les meilleurs délais.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de nos sentiments distinguési



Dans la meme rubrique

Catalunya 210 (juny-juliol 2019)
13 juillet | par CNT-SO 66
– EDITORIAL : No només són victòries – TEMA DEL MES : Precariversitats – SINDICAL : Cepsa (...)
Tous et toutes dans la rue le 1er mai 2019 !
30 avril | par CNT-SO 66
Le 1er mai est toujours une date importante pour le mouvement syndical. Ce n’est pas la « fête du (...)
Ha sortit el número 208 de la revista Catalunya (Abril 2019)
14 avril | par CNT-SO 66
– EDITORIAL : QÜESTIÓ D’ESTAT – TEMA DEL MES : Orígens del 8 de Març (2 part) – SINDICAL : Perquè (...)
Campagne : "Egaux, égales, personne n’est illégal !"
22 mars | par CNT-SO 66
Nous, collectifs de sans-papiers et migrantEs, syndicats, et associations, appelons à démarrer (...)
Appel à une mobilisation internationale lors de la Grève et Marche pour le Climat du vendredi 15 mars
15 mars | par CNT-SO 66
Pas de justice sociale sans justice écologique. Partout dans le monde, nous vivons les limites (...)