Accueil > Syndicat éducation > Premiers chiffres « Parcoursup » : une génération sacrifiée ?


Premiers chiffres « Parcoursup » : une génération sacrifiée ?

Communiqué du SCUM-CNT-SO 23/05/18

Mardi 22 mai, les premiers chiffres du logiciel « Parcoursup » sont tombés. Frédérique Vidal annonce dans les médias que 400 000 candidats à l’entrée à l’université sont sans réponse favorable, dont 29000 avec uniquement des refus. Pourtant, le 7 janvier, la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, avait annoncé sur twitter que « L’université va dire oui à tout le monde, tous les étudiants seront inscrits dans la formation de leur choix mais elle va adapter les parcours ».

Ces chiffres effrayants masquent une mécanique encore plus implacable : les vœux de chaque lycéen n’étant plus classés, de nombreux sont acceptés dans des cursus et des établissements qui n’ont pas leurs préférence. Ainsi, aux 400 000 lycéens laissés dans l’incertitude, combien de milliers, voire de centaines de milliers, sont d’ores et déjà poussés vers une voie de garage ?

Près d’un mois après l’annonce du « Plan étudiants » qui allait donner naissance à la Loi ORE (Orientation et Réussite des Etudiants), le gouvernement annonçait, le 22 novembre 2017,la transformation du logiciel d’inscription à l’université « Admission Post Bac » (APB) en « Parcoursup ». Derrière le changement de nom et d’ergonomie, c’est tout un renversement de paradigme qui s’est alors opéré pour l’accès à l’enseignement supérieur. Désormais, ce ne sont plus les étudiants qui ont la maîtrise de leur orientation, mais ce sont les universités qui « recrutent » leurs futurs étudiants. Et, à l’image de l’université Paul Valéry – Montpellier 3, qui a mis en place des critères de sélection extrêmement drastiques et socialement marqués, les universités ont compris l’utilisation élitiste qui pouvait être faite de « Parcoursup ». Ainsi, alors que l’an dernier, au début du premier tour d’APB, 140 000 candidats n’avaient eu aucune proposition, ils sont désormais 400 000, auxquels il faut rajouter ceux ayant eu une réponse favorable d’une filière pas forcement souhaitée. Les professeurs de lycées vont-ils devoir se muer en psychologues scolaires afin d’accompagner le découragement voire le désespoir des milliers de jeunes, qui se sont vus annoncer sur une plateforme web qu’à trois semaines du Bac, leur avenir est sur liste d’attente ?

Des centaines de milliers de jeunes se retrouvent dans l’incertitude et potentiellement exclus de l’accès à des études supérieures. Aux côtés des lycéens et des étudiants, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) continuera à se battre contre le sacrifice d’une génération entière sur l’autel de l’élitisme. Face au gouvernement et aux directions d’universités, le combat ne fait que commencer !
PS :

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com



Dans la meme rubrique

Lycées professionnels : tous et toutes en grève le 27/09 ! Fédération Education-Recherche /20 septembre 2018
22 septembre | par CNT-SO 66
Le ministre de l’Éducation Nationale, J.M Blanquer veut « revaloriser » la voie pro, et ses projets (...)
Exclusions, mensonges et vidéos : répression anti-syndicale à l’université Paul Valéry (Montpellier).
8 juin | par CNT-SO 66
Depuis septembre notre association syndicale étudiante est victime de répression au sein de (...)
Attaque contre l’École : au tour de l’enseignement professionnel de morfler !
2 juin | par CNT-SO 66
Le ministre de l’Éducation Nationale, J.M Blanquer a présenté, lundi 28/05, un projet de réforme (...)
Scolarité obligatoire dès 3 ans : beaucoup de bruit pour rien… et pas de moyens annoncés !
8 avril | par CNT-SO 66
Les 27 et 28 mars derniers se tenaient les assises de la maternelle où J.-M. Blanquer a annoncé (...)
Blocage illimité de l’université Paul Valéry (Montpellier 3)
29 mars | par CNT-SO 66
Après plus de 6h de discussions et de débats, le blocage illimité avec occupation de l’université (...)