Accueil > Syndicat éducation > Blocage illimité de l’université Paul Valéry (Montpellier 3)


Blocage illimité de l’université Paul Valéry (Montpellier 3)

CNT Solidarité Ouvrière /28 mars 2018 Education

Après plus de 6h de discussions et de débats, le blocage illimité avec occupation de l’université Paul Valéry a été voté par plus des trois quarts de l’Assemblée Générale réunie le 27 mars 2018. La mobilisation contre la sélection à l’université et le "plan étudiant", prend de l’ampleur.

Patrick Gilli, qui a passé la journée à se cacher derrière les arbres, n’est plus reconnu par les étudiants comme président de l’université. La démission d’Emmanuel Macron est exigée tout comme la radiation de Philippe Pétel du corps professoral. Les personnels de l’université sont invités à se mettre en grève illimitée. La convergence des luttes a été affirmée avec force, avec la participation des étudiants à la journée de mobilisation nationale contre la répression le 28 mars (rassemblement à la préfecture à 17h), puis une manifestation au rectorat pour empêcher l’application de l’outil de tri social « ParcoursSup » pour les bacheliers 2018. Le principe du blocage économique sur la ville de Montpellier a aussi été adopté pour le 3 avril. La lutte contre la sélection sociale pratiquée par l’université est le révélateur d’un refus plus large : nous ne voulons plus survivre, nous voulons vivre.

Tel un illusionniste, Patrick Gilli tente de masquer l’impossibilité pour lui de continuer à assumer ses fonctions de président. Depuis deux semaines, il n’a même plus accès à son bureau, et sa seule activité de « président » se résume à l’envoi d’e-mails. Dans son dernier e-mail envoyé ce mardi 27 mars, il retente le chantage aux examens. Mais les milliers d’étudiants mobilisés veulent davantage, ils arracheront à ce futur ex-président plein de mépris leur « semestre gratuit » (le 10 améliorable, procédure déjà mise en place lors de précédents mouvements dans plusieurs universités). La direction de l’université, à coups d’appels téléphoniques nocturnes, tente d’empêcher les personnels de se joindre au mouvement étudiant, sans aucun effet. On a même vu la direction d’un service tenter un improbable chantage aux activités culturelles pour forcer un piquet de grève.

Ce mardi, suite à l’assemblée générale, près de 2000 étudiants ont marché sur l’hôtel de police de Montpellier pour protester contre la décision policière de ne pas prendre en compte les témoignages d’étudiants à propos de l’agression milicienne de la nuit du 22 mars dans la Faculté de Droit et Sciences Politiques.

Aujourd’hui, les étudiants montpelliérains ont fait le choix clair de la poursuite de la grève, et de son élargissement dans ses moyens comme ses objectifs. Nous ne pouvons que nous réjouir que les étudiants débordent massivement les anciens cadres et structures, dont le SCUM. Désormais, il est temps pour chacun de s’approprier les outils de la lutte.

Nous vivons tous un moment décisif, à nous de nous réapproprier notre avenir, pour nous réapproprier nos vies.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com



Dans la meme rubrique

L’école Macron/Blanquer ne sera jamais la notre : en grève le 06/02/18 !
3 février 2018 | par CNT-SO 66
Il faut construire la mobilisation ! Les premières Assemblées générales se sont tenues dans les (...)
Répression contre le syndicat étudiant de l’université Paul Valéry - Montpellier 3
20 janvier 2018 | par CNT-SO 66
Cette année 2018, la présidence de l’Université Paul Valéry - Montpellier III a décidé d’expulser le (...)
Tri des étudiants et quotas de sélection : les mauvaises résolutions de l’université Paul Valéry (Montpellier) pour 2018
11 janvier 2018 | par CNT-SO 66
L’année 2018 commençait sur une note positive. Le 7 janvier, Frédérique Vidal, la ministre de (...)
4 pages intersyndical d’analyse : CNT-SO / SUD éducation
26 avril 2017 | par CNT-SO 66
L’éducation est une véritable obsession historique pour les extrêmes-droites car qui veut contrôler (...)
[Montpellier] Le combat continue contre la sélection à l’université !
3 mars 2017 | par CNT-SO 66
SCUM - CNT-SO /1er mars 2017 Jusqu’alors illégal, le « recrutement » des étudiants à l’entrée du (...)